• PROREFEI – Le nouveau dispositif de formation référent énergie industrie

    Nous avions annoncé cet été le lancement du programme de formation PROREFEI, visant à former 3000 référents énergie d’ici fin 2020.

    Ce programme est enfin prêt et a débuté cet automne, avec déjà de nombreux stagiaires inscrits au MOOC d’une journée.

    Ce programme de formation PROREFEI est ouvert aux salariés des entreprises des filières industrielles, selon les dispositions de la convention PROREFEI, ayant en charge la compétence « énergie » dans l’entreprise ou souhaitant l’acquérir. Sont notamment concernés les responsables de production, de maintenance, de travaux neufs, les responsables QSE, HSE ou encore le chef d’entreprise ou le directeur d’usine ayant cette fonction de référent énergie.

    Les coûts pédagogiques sont financés par le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) (1) suivant un plafond lié à l’effectif de l’entreprise : à hauteur de 100% pour les entreprises de moins de 300 salariés et 50% pour les autres (2)

    (1) dans la limite des plafonds fixés par le Programme et à condition que le stagiaire réalise les parcours en totalité
    (2) dans la limite de 3 salariés pris en charge par entreprise (SIREN).

    Un stagiaire, employé d’une entreprise industrielle dont les effectifs sont inférieurs à 300 salariés, pourra ainsi être financé entièrement pour sa formation

    A noter que cette formation reste ouverte à tous, même si les conditions requises de financement ne répondent pas aux exigences du programme. L’entreprise devra par conséquent financer entièrement la prise en charge de la formation.

     

    Un programme unique en son genre et axé réussite du stagiaire

    • Un MOOC d’une journée
    • 2 jours de formation en présentiel
    • Un accompagnement personnalisé du stagiaire par un formateur accompagnateur

     

    Qui pilote le programme PROREFEI ?

    La DGEC (Direction Générale de l’Energie et du Climat) et l’ATEE (Association Technique Energie Environnement) en est le porteur.

    L’’ADEME intervient en tant que contributeur du programme.

    Les financeurs sont EDF et TOTAL MARKETING France.

     

    Quels sont les objectifs du programme PROREFEI ?

    • Former les personnes en charge de la gestion de l’énergie dans les entreprises pour en faire de véritables référents énergie qui seront à même de concevoir, mettre en place et coordonner des actions permettant d’améliorer la performance énergétique de leurs sites.
    • Créer un réseau de référents énergie qui auront accès notamment aux retours d’expérience de l’ensemble de la communauté et à une veille technique et réglementaire.

     

    Les exigences requises pour bénéficier du dispositif CEE

    Nous vous rappelons que cette formation est ouverte à tous, même aux entreprises qui ne s’inscrivent pas dans les exigences requises par le dispositif, le financement sera pris en charge par l’entreprise dans ce cas.

    Pour bénéficier du dispositif :

    Pour les entreprises de +250 salariés soumises à l’obligation d’audit énergétique réglementaire, il faudra délivrer à l’organisme de formation sélectionné (OF) les éléments d’information du rapport d’audit, ainsi que l’attestation de dépôt sur la plateforme ADEME ou si elles ont opté pour la certification ISO 50001, la preuve de la certification.

    Pour les entreprises de moins de 250 salariés, l’entreprise devra réaliser ou faire réaliser un pré-diagnostic ou audit de son entreprise à partir des données disponibles et les transmettre à l’OF.

    Ces éléments permettront ainsi d’optimiser la phase d’accompagnement post-formation présentielle. Les OF sont bien sûr soumises à l’obligation de confidentialité quant au contenu de ces documents.

    Formulaire à compléter par l’entreprise

     

    Si je veux m’inscrire ?

     11 organismes de formation sont habilités par l’ATEE à dispenser la formation PROREFEI et proposent des sessions sur l’ensemble du territoire français. https://www.pro-refei.org

    Pour 2019, WinErgia vous propose plusieurs sessions à Bordeaux, Lyon, Marseille et Paris.

    Le choix de l’organisme de formation est à réaliser au plus tôt, le stagiaire doit au préalable participer au MOOC d’une journée lui délivrant une attestation de capacité pour intégrer les 2 journées de présentielles.

     

    En quoi consiste l’accompagnement PROREFEI ?

    A l’issue de cette inscription, hormis les formalités habituelles liées à la formation, l’organisme de formation prendra contact pour organiser le processus d’accompagnement, qui doit se dérouler dans les 6 mois après la date d’inscription au MOOC.

    L’objectif de cet accompagnement est de soutenir le stagiaire individuellement en situation de travail pour

    • mettre en œuvre concrètement au sein de son entreprise, des méthodes et bonnes pratiques d’économie d’énergie.
    • Rendre opérationnelles les connaissances théoriques acquises lors du MOOC et de la formation en présentiel.

    Une réunion de travail, sur site, entre le stagiaire, la direction de l’entreprise et le formateur-accompagnateur est organisée après la formation présentielle.  Lors de cette réunion sont présentés différents points parmi lesquels une analyse du pré diagnostic/diagnostic/ISO 50001, les thématiques de formation souhaitées par le stagiaire, le plan d’actions, le plan d’accompagnement, en cohérence avec les objectifs de l’entreprise. Une visite de site est réalisée.

    Des points d’étapes sont définis avec le stagiaire pour l’orienter et le conseiller dans la réalisation du plan d’actions de travail défini initialement.

    Une réunion de restitution sera menée par le stagiaire avec l’appui du formateur-accompagnateur auprès de la direction de son entreprise. Lors de cette réunion sont présentés notamment le bilan des actions menées et à venir, les économies d’énergie directes/indirectes immédiates et à venir et les pistes pour aller plus loin.

     

    Que doit faire mon entreprise ?

    • L’entreprise contacte un OF habilité qui lui expliquera en détail le parcours
    • Elle réalise avec l’appui de l’OF, l’inscription du stagiaire et le dossier de prise en charge à envoyer à l’OPCA
    • Elle établit avec l’OF le planning de sessions de formation, du MOOC, et la période de l’accompagnement, dont la réunion de cadrage
    • Elle informe les acteurs internes de l’entreprise concernés (Direction, encadrement, salariés…) de l’implication du (des) stagiaire(s) dans le programme PROREFEI et tout au long du parcours de la mise en œuvre des actions et préconisations en matière d’efficacité énergétique
    • Elle signe la charte d’engagement
    • Elle organise la disponibilité du stagiaire pour le MOOC, la formation présentielle et l’accompagnement ; met à disposition la documentation utile
    • Elle réalise et/ou fait réaliser un pré diagnostic ou l’audit réglementaire avant le stage présentiel ou la certification ISO 50001
    • Elle participe à la réunion de cadrage de la formation-accompagnement en situation de travail et définie avec le stagiaire et le FA les actions à conduire en veillant à la cohérence avec les objectifs stratégiques de l’entreprise
    • Elle suit et accompagne les actions d’économies d’énergie proposées
    • Elle participe à la réunion de restitution de l’accompagnement

     

     Que dois-je faire en tant que stagiaire ?

    • Suivre le MOOC et valider le questionnaire final et les sessions de formation présentielles obligatoires et complémentaires
    • Réaliser ou faire réaliser le pré diagnostic ou diagnostic énergétique avant le stage présentiel le cas échéant
    • Préparer et participer à la réunion de cadrage de la formation-accompagnement en situation de travail
    • Préparer et animer la réunion de restitution avec l’appui si nécessaire du formation-accompagnateur
    • Être accompagné dans la mise en œuvre du plan d’actions
    • Mobiliser les responsables des différents services de production, maintenance, achats, ressources humaines… pour mettre en œuvre les actions
    • Rendre compte de mon action
    • Participer et contribuer au réseau des référents énergie sur la plateforme d’animation de l’ATEE
    • Mettre en œuvre des actions concrètes avec l’appui du formateur-accompagnateur

    Audric Lagriffoul
    Je suis Directeur des Savoir-Faire et Responsable Formation chez WinErgia.
    J’anime depuis 2015 la formation Référent Energie en Industrie et accompagne de nombreux industriels et gestionnaires de patrimoine dans l’optimisation de leur performance énergétique.

    formation@winergia.com

    Lire la suite
  • WinFlash – Décret tertiaire

    • Août 2019

    Le décret tertiaire n° 2019–771 du 23 juillet 2019, relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans les bâtiments à usage tertiaire est enfin paru au JO.

    Le texte entrera en vigueur le 1er octobre 2019 et prévoit l’obligation de mise en oeuvre d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale pour l’ensemble des bâtiments soumis à l’obligation d’au moins 40% en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2050 par rapport à 2010.

    Voici le lien LEGIFRANCE vous permettant de consulter et télécharger le décret.

    Nos équipes restent à votre disposition pour vous accompagner à atteindre ces objectifs.

    Bonne lecture !


    Consultez et téléchargez le décret tertiaire

    Lire la suite
  • Loi ELAN – Parole d’expert

    LOI ELAN – PAROLE D’EXPERT

    Décret – Echéancier prévisionnel

    • Passage au CNEN (Conseil National d’Evaluation des Normes) : le 9 mai 2019
    • Fin de la Consultation publique et Synthèse : mi mai 2019
    • Travaux en Conseil d’Etat : mai 2019

    Le groupe de travail « Arrêté » s’est réuni au mois de juin.

    En parallèle de cet échéancier les travaux relatifs à l’élaboration de l’arrêté  se poursuivent.

    Voici les évolutions du Décret Tertiaire issues de la réunion du 18 avril 2019 à la DGEC-DHUP.

     

    Responsabilité de l’occupant

    La responsabilité de l’occupant est maintenant clairement stipulée dans le projet de Décret : tout ne repose pas que sur le propriétaire, le locataire aura des actions à réaliser.

    Objectifs

    Les objectifs à atteindre sont confirmés et seront décorrélés du climat via une méthode qui sera publiée dans l’Arrêté.

    LOI ELAN

    Nouveautés 

    En cas de changement de type d’énergie : le niveau de consommation en énergie primaire et le niveau d’émission en gaz à effet de serre ne devra pas être dégradé.

    Des précisions sont apportées sur les leviers d’actions qui sont classiquement, la performance intrinsèque du bâtiment, la mise en place d’équipements performants, l’utilisation et la gestion des équipements, l’exploitation, le comportement.

    Variation du volume d’activité

    Les cas de la variation du volume d’activité (densification de bureaux, plages d’ouverture,…) peuvent être des cas de modulation des objectifs dans une méthode qui sera définie dans l’Arrêté .

    Disproportion économique

    Les cas de « disproportion économique » des actions (temps de retour sur investissement trop élevé), sont sortis du projet de Décret. Ils seront publiés, action par action, dans l’Arrêté.

    Plateforme

    Une plateforme « OPERAT » (Observatoire de la Performance Energétique, de la Rénovation et des Actions du Tertiaire) sera mise en ligne et gérée par l’ADEME, elle permettra de reporter les consommations.

    Les occupants (locataires) sont également concernés par la remontée de ces données ainsi que des systèmes sont ils assurent l’exploitation respectivement.

    La remontée des données sera à réaliser au plus tard le 30 septembre de l’année suivante (30 septembre 2021 pour 2020, etc.).

    Les données seront disponibles de façon anonyme et permettront de réaliser un benchmark.

    Sanctions administratives

    Plus d’amende mais utilisation du principe « Name & Shame » pour les mauvais élèves, sanction financière au bout de la deuxième mise en demeure.

    WinErgia vous conseille

    le retour d’expérience montre que la qualification de la base de donnée énergétique est un sujet majeur, il est possible de remonter à 2010 sous réserve d’avoir conservé les historiques de consommation et de qualifier la base de données qui bien souvent comporte des anomalies.

    De même en cas de densification d’un bâtiment de bureaux, il faudra pouvoir justifier de l’augmentation du nombre de personnes une année donnée.

    Profitez également de l’audit règlementaire 2019 pour demander à l’auditeur un plan d’action permettant d’atteindre -40% à 2030.

     

    Audric Lagriffoul
    Directeur des Savoir-Faire
    audric.lagriffoul@winergia.com

    Audric est ingénieur de l’Université Technologie de Troyes (UTT), il est spécialiste de la thermique du bâtiment et des installations de CVC,

    Il est aussi formateur RT existant (2008) et RT2012, et formateur en management de l’énergie dans l’industrie et le bâtiment. Il possède 10 ans d’expérience dans l’évaluation de la performance des bâtiments.

    Il est intervenu comme Assistance à Maîtrise d’Ouvrage dans le cadre de constructions labélisées HQE BD, BEPOS Effinergie, BDM, BREEAM, LEED et BBC,  et comme responsable commissioning sur de nombreuses opérations de bâtiments tertiaires.

    Lire la suite
  • Commissioning – bénéfices et coûts

    Commissioning – BENEFICES ET COÛTS DE LA DEMARCHE

    Le commissioning ou commissionnement de bâtiment représente l’ensemble des tâches pour

    • mener à terme un projet de construction afin que le bâtiment atteigne les objectifs performanciels et fonctionnels contractualisés, et ainsi créer les conditions pour les maintenir
    • mettre à disposition des clients et/ou usagers la documentation et les instructions d’utilisation et de maintenance, incluant l’initiation ou même la formation des intervenants.

    Beaucoup s’interrogent sur le choix de faire appel à un agent de commissionnement, engendrant un coût supplémentaire à votre projet de construction ou de rénovation.

    Bénéfices et coûts ? Nous avons choisi aujourd’hui de vous faire bénéficier de nos nombreux retours d’expérience liées à cette démarche qualité, qui porte sur le bon déroulement d’un projet, de l’atteinte de sa performance énergétique et de sa bonne exploitation.

    Les choix de conception pèsent sur toute la durée de vie du bâtiment !

    Nous partons du simple postulat et de nos retours d’expériences pour vous indiquer qu’il est plus simple et moins onéreux de corriger des erreurs sur papier que sur le chantier !

     

    Il est certes assez complexe de chiffrer les économies réalisées grâce au commissionnement. En effet, les bénéfices du commissionnement concernent :

    • La facture énergétique grâce à une installation globalement plus efficace et performante
    • Les économies non-énergétiques dues à l’amélioration du confort des occupants du bâtiment
    • Moins de réserves à la réception, certains auteurs retrouvent plus de marge
    • Moins de plaintes des usagers, réduction du temps à la gestion des litiges : le temps c’est de l’argent
    • Amélioration de la pérennité des équipements
    • Amélioration du confort et de la qualité de vie au travail, cela devient un sujet majeur et sont les objectifs des labels Well et OsmoZ

    Abordons les bénéfices du commissionnement

    Les bénéfices sont nombreux et de natures variées en fonction des acteurs : promoteur, propriétaire, locataire, exploitant, entreprise, etc…

    Vous êtes malgré tout commissioneux-sceptique ? Les retours d’expériences de nombreux pays durant plus de treize années de mission sur des projets de nature différente ne sont plus à mettre en doute, et c’est une réalité que nous vivons aussi tous les jours.

    Les bénéfices chiffrés (données internationales)

    Sur l’amélioration globale du projet 

    • Les demandes en modification en cours de chantier sont réduites de 87%
    • Les rappels des entreprises en GPA (Garantie de Parfait Achèvement) baissent de 90%
    • Le coût total de la construction diminue de 4 à 9%

    (source : Joy Altwies «Information from a Commissioning Process Case History”)

    Sur les économies générées

    • Les économies d’énergie : 0,2 à 2,1 €/m²/an
    • Les économies non énergétiques : 2,5 à 74,8 €/m²/an

    (source : « The CostEffectiveness of Commercial-Buildings Commissioning”, Lawrence Berkeley National Laboratory)

    Sur les projets liés aux bâtiments existants,

    le « rétro-commissioning sur des projets nationaux

    et internationaux » 

    1 à 5 €/m²/an d’économie sur les consommations d’énergie (échantillon de 100 bâtiments)

    • 5% à 15% pour l’électricité
    • De 1% à 23% pour le gaz

    Avec une période de retour sur investissement inférieure à 2 ans.

    (source : AEE – Association of Energy Engineers)

    Nos retours d’expériences

    Voici quelques retours d’expériences sur les économies générées et les non-qualité évitées lors des différentes phases d’un projet, en phase conception, travaux, à la mise au point et à la réception.

    Surdimensionnement évité

    Gain de 500 Keuros sur le budget d’investissement de 210 M€

    Coût de la mission de commissionnement : 120 K

    La mission est rentabilité en une réunion !

    Lot CVC par la MOE

    A la recture des pièces écrites, les consommations énergétiques d’une PAC nous semblaient importantes, à l’analyse de son mode de fonctionnement les cycles courts apparaissent régulièrement. Nous avions une PAC Inverter de 150 kW de puissance sans ballon tampon.

    Nous proposons la règle de 14l/kW de tampon, l’ajout de cet équipement pour un coût du ballon 2000 litres installé : 2 500 €

    Résultats mesurés :

    1200 € d’économie d’énergie par an
    Amélioration de la pérennité de l’installation

    ROI de 2 ans

    Energies fatales

    Récupération d’énergie sur un projet de RIE d’une surface de 1000 m² préparant 600 repas par jour.

    L’investissement est estimé à 10 000 €

    L’énergie économisée est de 14 500 kWh, soit une économie de 1200 € par an

    ROI : 8 ans

    Amélioration des paramètres de régulation

    Dans un cadre plus général, en rétro-commissioning, nous avons pu faire bénéficier à nos partenaires de plus de 15% d’économie sur les factures énergétiques, par le simple fait d’améliorer les paramètres de régulation (sur 440 bâtiments tertiaires représentant 1,7 millions de m²).

    Coûts d’inconfort

    L’inconfort sur les lieux de travail génère une baisse de productivité et une augmentation des arrêts maladie.

    Voici un exemple sur des sites sensibles de production d’électricité : lors de l’arrêt de tranche d’une centrale nucléaire, une journée de droit de retrait coûte 1M€ par jour de manque à gagner.

    Pour des sites de vente, les salariés exercent ce même droit de retrait entraînant des pertes de chiffre d’affaires directes.

    L’émergence en France des thèmes de la qualité de vie au travail sont en lien avec ces notions de productivité. Un chiffre à méditer (calculer) : coût de la perte de productivité = 0,6 € par degré-heure d’inconfort (source : GRIGNON-MASSE 2010)

    Juridique

    Pour finir ce bref aperçu, nous vous rappelons l’aspect juridique des conséquences de la non-qualité lors d’un projet, l’impropriété à destination.

    Conformément à l’article 1792 du Code civil, le maître d’ouvrage peut obtenir la réparation des désordres compromettant la solidité de l’ouvrage ou affectant sa destination s’ils surviennent dans le délai de dix ans.

    Pour mémoire, la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a précisé la notion d’impropriété à destination en matière de performance énergétique.

    Quels sont les coûts de la démarche de commissioning ?

    Bien entendu, la démarche engendre des coûts. Dans le cadre de nos missions, nous avons pu établir des moyennes pour les missions réalisées auprès de gestionnaires de patrimoine majeurs.

    Dans le cadre de rénovation des systèmes dans des bâtiments tertiaires, les missions portent sur la conception et la réalisation

    Rénovation de systèmes - couts travaux et mission

    Dans le cadre de construction de bâtiments tertiaires, lors de missions de conception, réalisation et exploitation

    Périmètres : CVC, CFO, GTB et ECS

    Construction batiment tertiaire -couts surface et montants

    Voici un autre exemple de coûts au regard de l’ampleur, de la densité technique et des labels environnementaux visés.

    Il s’agit d’un programme comportant une tour de bureaux et services et un tour dédiée à un hôtel 4 étoiles, pour une surface totale de 89000 m².

    Le projet vise 4 certifications : RT 2012 -40%

    • NF HQETM suivant le référentiel “NF-Bâtiments Tertiaires Démarche HQE® – générique” Millésime 2015 Neuf-EXCELLENT
    • BREEAM® suivant le référentiel BREEAM NC 2016 avec un objectif à minima EXCELLENT
    • BEPOS Effinergie 2017
    • WELL suivant le mode de certification Core and Shell Developments
    commissioning-perimetre

    Technicité du lot CVC

    sous-station eau surchauffée + eau glacée confort, groupe frigorifique à condensation par eau, plafonds rayonnants, planchers réversibles, ventilation double flux…

    CFO/CFA

    Ascenseurs à récupération d’énergie, groupe électrogène, détection fuites eau, GTB aboutie, …

    Coût du commissioning du projet

    moins de 1€/m²

    Une autre approche vous permet d’estimer le coût d’une mission : 0,3 à 1,1% du montant du périmètre technique (lot CVC ou autre).

    S’il ne fallait retenir qu’une chose  :

    le commissionnement : tous les acteurs en profitent !

     

    WinErgia stimule l’intelligence collective !

     

    Marc FOURRE
    Ingénieur d’Affaires
    marc.fourre@winergia.com

    Marc possède 12 ans d’expérience dans le domaine de l’amélioration de la performance énergétique. Certifié CBCP & CMVP, il met à disposition ses compétences dans la réalisation d’études de faisabilité Enr notamment sur la géothermie, les thermo-frigo pompes, le photovoltaïque, stockage et hybridation des installations.

    Il réalise également des missions de commissionning et de rétro-commissionning ainsi que des missions d’audits sur des hôtels privés et bâtiments tertiaires.

    Lire la suite
  • Audit énergétique obligatoire – seconde période

    Audit énergétique réglementaire – Seconde période

    Vous avez réalisé votre audit énergétique obligatoire en 2015, et vous vous interrogez sur le déroulement de votre prochain audit ?

    Préparation – Déroulement – Nos solutions pour tirer profit de la réglementation.

    Rappelons le contexte

    La règlementation impose, pour les entreprises qui ne sont pas des PME, de réaliser un audit énergétique tous les 4 ans afin de répondre aux objectifs de la Directive Européenne 2012/27/CE transposée en France par la Loi Ddadue – loi n° 2013-619 du 16 juillet 2013 – portant Diverses Dispositions d’Adaptation au Droit de l’Union Européenne.

    La première période fixait comme date limite de réalisation des audits le 5 décembre 2015. Une dérogation avait été accordée pour permettre une remise des rapports d’audits le 30 juin 2016. 65% de la facture énergétique d’un Siren concerné devaient être audités.

    Ce qui change pour cette deuxième vague

    La nouveauté est que, pour cette campagne d’audits et pour les suivantes, le périmètre devant être audité doit couvrir 80% de la facture énergétique du SIREN.

    Que vérifier avant de lancer votre audit énergétique réglementaire ?

    En 4 ans un site évolue : changement de locataire, nouvelle chaîne de production, modification des moyens de production CVC (Chauffage, Ventilation, Climatisation) pour ne citer que quelques exemples.

    Les profils de consommations évoluent ainsi que les usages significatifs. En effet, le coût des équipements et les technologies ont évolués ainsi que le coût des énergies permettant désormais des temps de retours acceptables alors qu’ils ne l’étaient pas 4 ans auparavant.

    Il est donc nécessaire de repasser du temps pour avoir une vision de qualité sur les évolutions ou non des consommations énergétiques et des indicateurs de performance du site.

    Comment se déroule le second audit énergétique ?

    Le deuxième audit n’est pas une simple mise à jour du rapport d’il y a 4 ans.

    C’est un audit à part entière

    Le nouvel audit se déroule ainsi :

    La réunion de lancement

    Elle doit permettre de faire le point sur les évolutions des sites et d’identifier les nouveaux projets afin de définir conjointement la stratégie et les priorités de l’audit, en reprenant les éléments du rapport d’audit réglementaire (sur les sites ayant été audités en 2015).

    Les visites de sites

    Les visites de sites permettent de :

    • Valider ou non les hypothèses du précédent rapport sur les postes qui sont considérés ne pas avoir évolué,
    • Comprendre pourquoi certaines actions proposées n’ont pas été mises en œuvre
    • Creuser d’autres pistes d’amélioration qui n’ont pas été explorées lors de l’audit précédent ou sur les nouveaux projets

    Ces visites ont pour objectif :

    • de constituer le nouveau bilan énergétique du site,
    • de comparer l’évolution de ce bilan à la situation de référence définie par le premier audit
    • de retravailler éventuellement des indicateurs de performance
    • de proposer un nouveau plan d’actions.

    En conclusion, l’expérience montre que, plus on connait un site,  plus on trouve des pistes d’économies et mieux on comprend son fonctionnement.

    Les sites que nous accompagnons réalisent des économies tous les ans et nous trouvons régulièrement des pistes d’économies.

    Sur le même sujet

    Lire la suite
  • L’audit pragmatique Le DiagFlashNRJ®

    L’audit pragmatique – Le DiagFlashNRJ®

    La solution pour initier votre démarche de performance énergétique

    Sollicité de toutes parts par les occupants, les prestataires, les mainteneurs, et les travaux, vous avez des difficultés à gérer les priorités et à trouver des solutions simples pour réduire vos consommations énergétiques sans dégrader le confort des occupants.

    Notre expérience sur plus de 2 millions de m² audités permet de proposer à nos clients un audit pragmatique de leur patrimoine immobilier, en allant chercher en priorité les pistes d’économies à temps de retour immédiat ou rapide.

    Il est très facile de débusquer une anomalie de fonctionnement ou de programmation sur un équipement et permettre ainsi au bailleur et au locataire de disposer de pistes d’actions simples à mettre en œuvre.

    En effet, la première étape pour optimiser la performance énergétique d’un bâtiment est d’agir sur le pilotage et la régulation des équipements. Ce sont des actions simples à mettre en œuvre qui dégagent des retours sur investissements très rapides voir nul, qui permettront par la suite d’initier des actions plus techniques.

    Ces actions pragmatiques sont également un formidable levier d’engagement de vos occupants, permettant de les sensibiliser et de les transformer en véritables acteurs du développement durable (l’initiative de l’IFPEB dans le cadre du CUBE 2020 en est un exemple). Allier économie d’énergie et confort des occupants doit être votre priorité.

    Ces actions simples à mettre en œuvre sont les premières économies à aller chercher dans le cadre de la loi ELAN, portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, qui a été promulguée et publiée au journal officiel le 24 novembre 2018.  Elle fixe des objectif de réduction de consommation de -40% en 2030, de -50% en 2040 et de -60% en 2050.

    Un décret, annoncé avant la fin de 2e trimestre 2019, définira les modalités d’application pour l’atteinte des objectifs.

    Le DiagFlashNRJ®

    Le DiagFlashNRJ® consiste en un audit pragmatique réalisé sur une journée d’intervention dans le bâtiment concerné.

    Les paramètres de régulation et de fonctionnement des équipements sont audités et font l’objet de fiches actions présentées à l’utilisateur et à l’exploitant pour validation avant la mise en place.

    Vous disposez d’un rapport pragmatique vous permettant de mettre en œuvre vos actions.

    L’audit est réalisé à partir d’un outil développé par WinErgia qui permet de collecter les informations dans une base de données et de produire rapidement des rapports. Le suivi du plan d’action est réalisé à partir de l’application. Le client a à sa disposition toutes les données de l’audit et peut suivre son avancement.

    Depuis la mise en place de cet audit, le constat est que 75% des actions ont un retour sur investissement inférieur à 1 an sur une majorité de bâtiments.

    Le suivi de vos actions d’amélioration de la performance énergétique

    Un suivi permet de s’assurer de la mise en place des actions, l’expérience montre que sans le suivi, la plupart des actions ne sont pas mises en œuvre.

    WinErgia, peut à la demande, s’assurer en collaboration avec vos équipes de la mise en place des actions.

    Ce suivi permet ainsi aux différents acteurs de s’approprier la démarche en étant accompagnés dans la mise en place des actions et de pouvoir par la suite détecter au plus tôt les anomalies liées aux équipements et à la régulation.

    Exemple retour d'expérience sur un patrimoine immobilier

    Pascal Lesage
    Développement
    pascal.lesage@winergia.com

    Sur le même sujet

    Lire la suite
  • Framatome-Audit énergétique réglementaire

    FRAMATOME
    Audit énergétique REGLEMENTAIRE

    Sites de Chalon sur Saône et Sully sur Loire

    Projet

    Audit énergétique
    NF EN 16 247-1 et 2

    Année

    2018

    Lieu

    Chalon sur Saône (71)
    Sully sur Loire (45)

    Type de bâtiment(s)

    Tertiaire et Industrie

    Objectif de notre client

    Framatome réalise des activités de conception, de fourniture, de construction, d’entretien et de modernisation de chaudières nucléaires, ainsi que des activités de conception et de fabrication du combustible.
    Dans le but de répondre à l’obligation d’audit énergétique réglementaire, la société FRAMATOME a souhaité réaliser un audit énergétique de ses sites de Chalon sur Saône et de Sully sur Loire.
    L’enjeu de FRAMATOME est de perpétuer le management de l’énergie grâce aux actions identifiées dans les résultats de l’audit énergétique, des travaux d’isolation thermique sur certains bâtiments, de porte rideau et de changement de producteur thermique ont déjà été réalisés.

    Solution WinErgia

    L’objectif est de délivrer un rapport répondant aux principes suivants :

    • Approprié au domaine d’application, aux objectifs,
    • Exhaustif : afin de définir l’objet audité et l’organisme,
    • Représentatif : en vue de recueillir des données fiables et pertinentes,
    • Traçable : pour permettre de remonter à l’origine des données et d’en tracer le traitement,
    • Utile : pour inclure une analyse coût-efficacité des opportunités d’économies énergétiques identifiées,
    • Vérifiable : pour permettre à l’entreprise de surveiller que les objectifs correspondants aux opportunités d’amélioration de l’efficacité énergétique mise en
    oeuvre sont atteints.

    La répartition énergétique a permis d’identifier et de définir le poids des usages énergétiques. Le programme hiérarchisé des préconisations fournit un scénario de réalisation des actions d’économies sur les sites, prenant en compte les critères de hiérarchisation définit par l’entreprise.

    Retour d’expérience

    Lire la suite
  • Formation Commissioning

    Formation COMMISSIONING

    Projet

    Formations en inter-entreprises
    Formations en intra-entreprise

    Années

    2018 – 2019

    Nombre de stagiaires

    12 stagiaires maxi par session

    Durée/Nombre d’heures

    2 jours

    Coût de la prestation

    600 Euros HT/jour/stagiaire
    en inter entreprises

    Objectif de cette formation

    Cette formation s’adresse à tous les acteurs du bâtiment qui souhaitent maîtriser la qualité de la réalisation et du bon déroulement de leurs projets

    • La démarche de commissionnement
    • Etre capable de constituer mon équipe de commissionnement
    • Initier les objectifs de performance et le plan de commissionnement
    • Le rôle de l’agent de commissionnement en phase de conception
    • Les vérifications en phase exécution et réception
    • Contenu du rapport de commissionnement : exemple cas fil rouge
    • Parachever les réglages
    • Etude de cas
    • Les référentiels HQE/LEED/BREEAM, le référentiel canadien, la bibliographie
      en France (COSTIC, guides MAP, ADEME, …)

    Retour d’expérience

    « La formation a été réalisée « sur mesure » afin de répondre aux attentes spécifiques de Certivéa qui est organisme de formation.
    Très bonne appréhension de nos attentes et donc du rôle de auditeurs à qui nous sous-traitons des missions. La posture de l’auditeur et ses particularités ont bien été comprises et prises en compte pour cette formation.
    Il ressort des retours de la part des personnes formées que les cas pratiques étaient très adaptés et éclairants.»

     

    Karine TOUTANT

    Responsable du Service Ingénierie Intervention et Support Certivea

     

    Lire la suite
  • Norme ISO 50001 v:2018 – Quelles évolutions majeures depuis la v:2011 ?

    La norme ISO 50001, restée dans sa version initiale depuis 2011, a évolué l’été dernier vers une nouvelle version 2018 parue le 21 août 2018.

    Si vous souhaitez vous engager dans une démarche de certification ISO 50001, plusieurs solutions s’offrent à vous jusqu’au 20 août 2021.

    Que faire si je veux être certifié ISO 50001 ?

    Pour ce qui concerne les modalités d’application :

    • La nouvelle version 2018 est applicable dès sa parution.
    • La version 2011 est toujours en vigueur jusqu’au 20 /08/2021.

    Pour de nouvelles démarches de certification, il vous est possible :

    • soit de mettre en place le système directement en v:2018
    • soit de débuter en v:2011. Dans ce cas le certificat sera valable jusqu’au 20/08/2021, il sera nécessaire de basculer en v:2018 avant cette date butoir.

    Pour les entreprises certifiées en version 2011, le passage en version 2018 peut se faire lors d’un audit externe (avant le 20/08/2021).

     

    Adoption du standard HLS

    La structure de la nouvelle version de la norme ISO 50001 :v2018 devient de type High Level Standard (HLS). Cette structure est commune aux normes relatives aux systèmes de Management.

    La version 2018 de la norme ISO 50001 comprend désormais 10 chapitres communs aux normes ISO 14001 et ISO 9001.

    Ainsi cette standardisation de structure cumule les avantages suivants :

    • La création de Systèmes Intégrés est facilitée,
    • Les termes et définitions sont revus et sont désormais communs sur les 3 référentiels ISO 140001, ISO 9001 et ISO 50001.

     

    Décryptage des évolutions de structure entre la norme ISO 50001:v2011 et ISO 50001:v2018

    Structure de la version 2011 et les exigences associées :

    Le tableau suivant présente les paragraphes de la version 2011 et la comparaison avec les exigences de la v :2018.

     L’objectif est d’ancrer le Smé dans l’organisme

     4.1 et 4.2 Comprendre le contexte de l’organisme (analyse des enjeux internes et externes et des besoins et attentes des parties intéressées)

    V :2011

    Le domaine d’application et le périmètre du SMÉ devaient être définis et documentés.

    V :2018

    Le domaine d’application et le périmètre du SMÉ doivent être définis sur la base d’une analyse globale de l’environnement en lien avec la performance énergétique dans lequel l’organisme évolue.

     Le fonctionnement du système ne repose plus seulement sur le représentant de la Direction

     5.3 Renforcer le Leadership et l’engagement de la Direction

    V :2011

    La direction devait démontrer son engagement et les missions de son représentant étaient listées.

    V :2018

    La notion de représentant de la direction a disparu au profit de la mise en place d’une équipe de management de l’énergie, avec des missions comparables.

     Prise en compte des risques et opportunités dès la planification

     6.1 Planifier après avoir identifié les risques et les opportunités

    V :2011

    La planification énergétique devait inclure une revue des activités susceptibles d’impacter la performance énergétique. L’organisme devait mener à bien des actions préventives.

    V :2018

    La planification doit prendre en considération les risques et opportunités identifiés pour prévenir et réduire les effets indésirables et assurer l’amélioration continue de la performance énergétique et du SMÉ.

     Une meilleure prise en compte des facteurs influents et facteurs statiques

     6.5 Établir la situation énergétique de référence et définir les indicateurs de performance énergétique

    V :2011

    La consommation de référence est à définir.

    V :2018

    La situation énergétique de référence et les indicateurs de performance énergétique doivent être ajustés avec les facteurs pertinents. La situation énergétique doit être révisée en cas de modification importante des facteurs statiques.

     Pouvoir mesurer la performance énergétique en fonction des facteurs statiques et facteurs pertinents

      6.6 Planifier la collecte des données énergétiques

    V :2011

    La mise en place d’un plan de mesurage était exigée dans la phase de vérification.

    V :2018

    La collecte des données est demandée dès la phase de planification. L’organisme doit définir et mettre en œuvre un plan de collecte des données énergétiques qui incluent, entre autres, les facteurs statiques et les facteurs pertinents.

     S’assurer de l’évolution de la performance énergétique

     3.4.6 – 10.2  Améliorer en continu la performance énergétique

    V :2011

    L’organisme devait déterminer les moyens à mettre en œuvre pour obtenir l’amélioration continue de la performance énergétique et du SMÉ.

    V :2018

    Une définition de l’amélioration de la performance énergétique et un nouveau chapitre spécifique à l’amélioration continue ont été ajoutés. L’organisme doit déterminer les moyens à mettre en œuvre et démontrer l’amélioration continue de la performance énergétique.

    Nous espérons que ces éléments vous ont permis de comprendre les évolutions majeures de la nouvelle version 2018 de la norme ISO 50001. Si des interrogations persistent, nous répondrons volontiers à toutes questions posées dans les commentaires.

     

    Patrick Pécastaing
    Regional Manager
    Patrick.pecastaing@winergia.com

    Ingénieur (ESIP), Patrick possède 22 ans d’expérience en bureau d’Etudes. Spécialiste en audits énergétiques, auditeur ISO 50001 et formateur, il a piloté des projets d’audits (tertiaires et industriels) et de mise en place de Smé pour des grands comptes. Il a également réalisé des missions de validation de performances en industrie (cogénération, turbines vapeur, chaudières biomasse).

    Sur le même sujet

    Pour aller plus loin

     

    Le nouveau dispositif de formation PROREFEI pour devenir Référent énergie en industrie propose dans son programme une séquence liée au management de l’énergie. Cette formation, destinée aux industriels, peut être à 100% financée par le dispositif des CEE, sous conditions spécifiques.

    Lire la suite
  • SNECMA – Audit énergétique réglementaire

    SNECMA
    Audit énergétique REGLEMENTAIRE

    71 Boulevard de Valmy – 92700 COLOMBES

    Projet

    Audit énergétique NF EN 16 247-1 et 3

    Année

    2015

    Lieu

    2 sites dans les départements
    77 et 94

    Type de bâtiment(s)

    Pôle d’études et d’essais Industrie

    Objectif de notre client

    La société SNECMA a sollicité WinErgia pour la réalisation des audits énergétiques réglementaires des sites de Villaroche (77) – pôle d’études et d’essais et Corbeil (94) – usinage et assemblage des pièces et des sous-ensembles pour les moteurs aéronautiques civils et militaires produits par Snecma.

    Sur les deux sites une attention particulière doit être portée sur la production, la distribution et l’utilisation du chauffage, du froid et de l’air comprimé.

    Une attention particulière est également portée sur la GTC des deux sites pour notamment regarder les consignes et les horaires de fonctionnement des équipements pilotés par celle-ci.

    Retour d’expérience

    Les audits énergétiques sur les 2 sites ont permis de constater que l’ensemble des contrats de fourniture d’énergie est revue et négocié annuellement par les services achats de SNECMA, ce qui contribue à la maîtrise des coûts malgré la hausse constante de la fiscalité.

    Selon l’orientation stratégique choisie par l’entreprise il convient d’engager des actions sur l’énergie électrique et le gaz naturel pour réaliser des économies financières et diminuer l’impact carbone.

    Une vérification des comptages a été jugée essentielle.

    WinErgia a également constaté que la puissance souscrite est surdimensionnée par rapport aux besoins usuels d’un des sites.

    Lire la suite

Vous avez un projet ? Nous pouvons y répondre.

Je prends rendez-vous :

Champs obligatoires. Vos données personnelles resteront strictement confidentielles & ne seront jamais divulguées à des tiers